vendredi 19 juin 2015

3 apprentissages importants que j'ai fait grâce à la course

Je cours depuis peu... En fait depuis 3 mois et des poussières.  Au départ, courir était un bien grand mot, je marchais plus que autre chose.... Les 3 km que je faisais de peine et de misère au début se sont transformés en 6 km qui font du bien.

Je ne suis pas tous les jours motivée, je ne suis pas toujours heureuse de les faire, je sauterais bien volontiers certains soirs de course... 

Mais chaque fois après avoir fait ma course-marche-jogging je me sens tellement bien...

En 3 mois, j'ai appris beaucoup de choses grâce au jogging,  voici 3 apprentissages importants que j'ai fait:

1-  Se donner un objectif permet de rester motiver: il y a des jours ou ça ne me tente pas du tout d'aller courir. Je resterais bien assis sur mon fessier et je passerais la soirée confo dans ma maison plutôt que d'aller dévorer de l’asphalte avec mes pieds. Toutefois, lorsque je pense à mon défi de faire un 10 km pour mes 40 ans, je ne me pose même pas la question, go je pars et je vais courir.  Mon objectif est réaliste et je sais que pour y parvenir, je dois me préparer. 

2- On a le choix de se donner des défaites ou des victoires: Je peux me trouver plusieurs défaites pour ne pas aller courir : pas le temps, il pleut, il fait trop froid, je suis fatiguée, il fait trop chaud... Name it.  Lorsque je me donne une défaite, j'y crois tellement, c'est fou. Je ne peux pas aller courir, voyons, il fait tellement chaud, je vais mourir sur place. Mais je peux choisir de me donner des victoires, il fait chaud, je serais tellement fière de moi d'avoir réussi ou au moins d'avoir essayé.  Il fait tellement froid, ça va me réchauffer de courir. Bonheur, il pleut, ce sera rafraîchissant. J'ai 20 minutes, je vais en profiter pour courir, c'est mieux que zéro minute... 

3- Le dépassement de soi est une source inépuisable de fierté : chaque sortie de course m'apporte un moment de fierté incroyable puisque chaque fois, je me dépasse un peu plus. Parfois, c'est en distance, d'autre fois en temps, certaines fois en intensité et parfois simplement en motivation. Courir m'apporte tellement de bonheur, de fierté. Il y a 2 an, marcher 1 km était impossible du à une douleur à ma cheville droite. L'an dernier, courir 1 km était difficile du à ma cheville et mon asthme.  Là je fais 6 km sans douleur et sans asthme et je sais que je vais me rendre à 10 km avant mes 40 ans.

Au départ, je faisais de la course pour ma santé et pour être un exemple pour ma fille et maintenant, la course est devenue un maître de vie incroyable... une passion, un bonheur, une fierté...



Pour me suivre c'est ici     ou ici 

jeudi 18 juin 2015

Bonne fête des pères, beau-papa...

Tomber en amour avec une maman monoparentale ne faisait pas du tout partie de tes plans...  

Partager ta vie avec 2 enfants qui ne sont pas les tiens, n'était pas la façon dont tu avais planifié fonder une famille...

Et puis moi et mes 2 enfants sommes arrivés dans ta vie. 

Il y a eu un temps d'adaptation, un temps pour apprendre à apprivoiser cette vie de famille, cette famille recomposée qui inclue tellement de personne.  

Tu t'es attaché à mes enfants et eux à toi. Tu es devenu important pour eux... tu es même devenu leur confident, celui qui les aide dans leurs devoirs, celui qui répond aux questions de jeune ado que mon grand se pose, celui qui écoute des films avec eux parce que maman, elle, n'aime pas vraiment ça...

Tu as fait ta place, doucement mais surement... de ''l'amoureux à maman'', tu es devenu  ''beau-papa'' et ce rôle, tu le joues à merveille. Il te va bien. 

Je sais que ce n'est pas toujours facile, je sais que tu apprends tous les jours, je sais que d'entrer dans une famille tissée serrée comme la mienne était un grand défi, je sais que tu as des milliers de questions et que tu trouves des réponses, tes réponses... Je sais que tu es le plus meilleur merveilleux beau-papa du monde pour mes enfants.

En cette journée pour les papas, je veux te dire MERCI:

Merci de prendre soin de nous, d'être là avec nous, merci d'avoir accepté ce rôle de beau-papa et d'avoir pris tout ce qui va avec. Merci d'être là pour eux et pour moi. Merci de m'accompagner dans cette aventure que d'être maman. Merci d'accepter nos faiblesses, nos craintes, nos folies, nos particularités...

Malgré la distance, malgré les différences nous formons une magnifique famille. 

MERCI !

Je t'aime...

Pour me suivre c'est ici     ou ici 

mardi 16 juin 2015

Oui mais ma famille...

J'entends et je lis très (trop) souvent des commentaires et des discussions de gens au sujet de ce que leur famille pense d'eux...

Ma famille ne me soutient pas...
Si je fais ça, je vais me faire renier de ma famille...
Tu ne connais pas ma mère, elle ne comprendrait pas...
Mes parents veulent que je...
Je ne crois pas que ma sœur va comprendre mon choix...
Blablablablablabla famille...


Premier constat : OMG que j'aime ma famille.  
Deuxième constat : J'ai 38 ans, j'ai depuis longtemps coupé le cordon avec ma mère et cela n'enlève rien au fait que je l'aime VRAIMENT beaucoup et qu'elle m'aime VRAIMENT beaucoup.
Troisième constat : La seule approbation que j'ai besoin de ma famille c'est... aucune en fait. 
Quatrième constat : Je ne sais pas si ma famille sait ce que je fais dans la vie et non je ne sais pas ce que toutes mes soeurs et frères font de leur vie... parce que en fait, ça ne me regarde pas, pas plus que le voisin ou encore la cousine du cousin et cela ne change rien au fait que je l'aime VRAIMENT.
Cinquième constat :  J'ai la conviction profonde d'être aimée de ma famille, malgré toutes les erreurs, gaffes, expériences que je peux faire, elle est là pour moi. Et je vous jure, ce fut testé à maintes reprises !

Plus jeune, j'avais besoin de l'approbation de mes parents, de leur plaire, de ne pas décevoir... Heureusement, ma famille m'a aimé suffisamment pour que je comprenne qu'être moi était parfait ainsi... et avec le temps, j'ai compris qu'ils n'ont pas ben ben le choix parce que être moi est pas mal la seule façon d'être que je connais. 

Dans la vie en générale, je n'ai pas besoin de l'approbation des gens pour faire des choix. Je consulte mes enfants, mon amoureux et mes amis, s'ils sont concernés ou pour avoir leur opinion mais je prends la décision par moi-même. 

Perso, je crois que la famille devrait être le milieu de vie ou l'on sait inconditionnellement que nous sommes aimé comme nous sommes. La famille devrait être l'univers dans lequel nous n'avons pas besoin de prouver quoi que ce soit. La famille devrait être notre lieu de ressourcement et de réconfort. 

Mes amis, mes enfants et mon amoureux, ne comprennent pas toujours les choix que je fais, ils les acceptent et me soutiennent la dedans. Il me semble que la famille devrait en faire tout autant et même plus...

Je dois avouer que ce ne fut pas toujours le cas, ça n'a pas toujours été facile et je n'ai pas toujours sentie cette approbation de ma famille... J'ai pris du recul, j'ai coupé les ponts un bout et puis un jour j'ai compris que cela n'était que ma perception, mes craintes et mon manque de confiance qui causait cela... Depuis, j'ai une super belle relation avec mes parents (OMG que je les aime, ils sont tellement une source d'inspiration pour moi), j'aime être avec ma famille, j'aime les voir, les écouter, les entendre parler de leurs bons et mauvais coups...

Je souhaite de tout cœur que mes enfants trouveront dans notre famille du soutien, de l'amour inconditionnel et du réconfort... Je souhaite de tout coeur pour mes enfants que leur famille soit comme la mienne... en plus petite par contre ;)


Pour me suivre c'est ici     ou ici